main

Actu

Avec Xcape-Room, le phénomène live escape game débarque à Montpellier

12 mai 2015 — by Stup0

xscape2-960x720.jpg

Xscape est le premier Live Escape game à ouvrir ses portes à Montpellier et prévoit d’ouvrir ses portes le 20 mai 2015.

LES SALLES :
Le cas du Professeur Gui de Chalioc
Faculté de médecine de Montpellier, 14 septembre 1977, le Professeur Gui de Chalioc s’écroule dans l’amphithéâtre en pleine conférence sous les yeux de ses étudiants…
Saurez-vous faire preuve de suffisamment de sang-froid, de logique et surtout d’esprit d’équipe pour découvrir chez Xcape-Room ce qui s’est réellement passé?

INFORMATIONS PRATIQUES :
Nombre de joueurs : 3 à 5
Horaires : Lun-Dim : 10h-22h
Site Internet : http://xcape-room.com/
Mail : contact@xcape-room.com
Tél : +33 6.74.35.53.71
Xcape-Room, 6 Rue Maguelone, 34000 Montpellier

N’hésitez pas à nous faire vos premiers retours sur cette nouvelle enseigne !

Tests

La Pièce

14 avril 2015 — by Stup0

lapiece-960x343.jpg

La pièce : vous êtes la clé ! C'est sous ce nom et cette accroche plus originale que les autres Live escape game que nous faisons aujourd'hui la découverte de cette escape room qui connait un grand succès !

Deux semaines ! C’est le temps qu’il nous aura fallu pour réserver notre session dans La Pièce. Réalisé avec l’aide de Fibretigre qui s’est collé au Game Design, cet escape game sur le thème d’Alice au pays des merveilles tient il pour autant ses promesses ?

L’histoire prend place dans l’Angleterre du XIXe siècle, et plus précisément dans le bureau de l’écrivain Lewis Carroll, enfermé sans trop de détails pendant une heure, nous devrons trouver une solution pour nous enfuir à temps.

Le thème est ici plus une question de background et d’excuse narrative que l’idée même de l’escape room. L’introduction au jeu nous plonge à la bougie dans la pénombre d’une cave et dans une pièce assez grande pour un Live Escape Game. Une petite voix off nous situe l’action, on retourne un sablier… et le jeu démarre !

Premiers pas

La première chose qui nous frappera sera le soin et la qualité apportée aux décors, et à l’ambiance de la pièce. Pas d’anachronisme, une communication avec le game Master bien vue, meubles d’époque, rien n’est laissé au hasard.

Comme tout bon Escape Game, la partie fouille sera importante et des indices seront disséminés un peu partout pour nous aider à ouvrir des malles et coffres. Et des codes … il va y en avoir ! Il va y avoir quelques manipulations mais la logique sera votre plus grande arme. Les énigmes ne sont pas tirées par les cheveux – à part pour une en particulier qui nous a un peu laissé dans l’incompréhension – , et si on prends le temps de la réflexion s’enchaînent bien.

Point assez original, tous les cadenas qui nécessite un code sont accompagné d’un indice expliquant comment l’ouvrir. Cela nous sort peut-être du jeu, mais ça à l’avantage d’être claire et précis et de ne pas le laisser le joueur tester des combinaisons sur tous les cadenas. Il y a aussi quand même une répercussion négative, cela vous donne l’impression de pouvoir trouver tout de suite la solution alors que vous n’avez pas forcément toujours tout ce qui est nécessaire.

On appréciera également le fond sonore qui nous suit durant l’aventure ainsi que le suivie régulier du game master.

Un Escape parfait ?

Malgré toutes ses qualités, la Pièce n’est tout de même pas exempte de défauts. Parmi ceux-ci on comptera le nombre trop important de codes à découvrir, la linéarité des énigmes, des meubles parfois trop fragiles, ainsi qu’un petit truc qu’il manque … un rebondissement, une surprise, qui nous aura un peu manqué le long de l’aventure mais cela ne nous aura pas empêcher de sortir du bureau de Lewis Caroll en 53 minutes.

La Pièce reste cependant une valeur sûre du Live Escape Game sur Paris, vous pouvez y aller les yeux fermés !

Tests

The Game – La danseuse parisienne

17 mars 2015 — by Stup0

ladanseuseparisienne-960x640.jpg

Paris, 1959. Des malfaiteurs ont enlevé Lise, une jeune danseuse de cabaret. Votre défi : trouver en une heure la rançon introuvable.

The Game sait créer des ambiances, et vous plonger dans des univers bien à eux. Dans la danseuse parisienne, vous êtes plongés dans un Paris typique des années 50/60. Cabaret, accordéon, tour Eiffel, Edith Piaf en bande sonore, mobilier, on s’y croirait vraiment !

Contrairement au bureau de Murdock, vous ne trouverez pas d’anachronisme, on pense notamment à la présence d’un smartphone ou d’écran numérique dans le jeu de Hint Hunt, qui s’il ne gâche pas le plaisir du jeu, nous montre que The Game a vraiment le souci du détail. Quelques heures avant d’arriver chez The Game, vous recevrez un texto :

Ma soeur a été enlevée ce matin ! Je compte sur votre aide pour cette enquête.

La soeur de cette danseuse nous demande donc d’enquêter, et de trouver une solution à cet enlèvement : les bandits réclament une mystérieuse bague introuvable dans l’appartement. Où peut elle bien se cacher ? Quel mystère cache cette danseuse de cabaret ?

Premiers pas dans l’appartement

Le fonctionnement du jeu est également respecté dans notre relation avec le maitre du jeu, vous ne trouverez donc pas d’écran pour les indices ou le temps restant, et la communication se fait via des lettres.

La découverte de l’appartement de la danseuse est très agréable, relativement grand et bien décoré, les fouilles vont se révéler intéressantes.

Escape game la danseuse

Les énigmes ont été créées avec la collaboration de magicien, attendez vous à ne pas vous fier à ce que vous voyez, et à revenir plus d’une fois sur un objet ! Les casses têtes restent en rapport avec l’époque, et feront appel à tous vos sens. Peu de cadenas, peu de codes, vous apprendrez au fur et à mesure de vos investigations à connaître de plus en plus la vie de cette jeune danseuse.

Verdict ?

Généralement chez The Game le souci du détail est omniprésent et les énigmes variées et fun, la danseuse parisienne ne fera pas exception. le jeu s’enchaine bien, quelques secrets pourront quand même vous poser plus d’un souci !

On finira la salle en 33 minutes, battant au passage le record de 4 minutes (oui on commence à être rodé ..!), mais rassurez vous, la salle n’est pas si simple que ça, son taux de réussite est de 60%.

Tests

Happy Hour Escape Game – Le virus du professeur Zoltan

26 février 2015 — by Stup0

happyhour1-960x640.jpg

Le professeur Zoltan a développé un virus qui menace d’éradiquer la planète ... parviendrez vous à le stopper ?

Le virus du professeur Zoltan fait parti des trois énigmes du live escape game Happy Hour.
Nous sommes plongés dans le laboratoire d’un professeur fou, avec pour simple ambition de sauver la planète !
Arrivé sur place, le game master nous explique les règles de base des live escape game. Idéalement situé dans le quartier Bonne Nouvelle, Happy Hour escape game a un petit plus … il nous met directement en condition en nous donnant des déguisement dédiés au thème du jeu, ici ça sera habillé de blouses de scientifiques qu’on partira éradiquer le virus !

Allons sauver le monde

Le game master nous ouvre la porte et nous voilà plongé dans une sorte de pièce toute propre (quoi qu’un peu trop !). Beaucoup d’écriture sur les murs, quelques objets qui trainent, il va falloir se creuser les méninges … Mais Happy Hour Escape game a développé un système de suivi de jeu assez original, un écran se situe dans la salle avec le temps restant, et plus original, notre jauge de progression. Toutes les énigmes sont reliées à cet écran et on peut voir en direct notre progression. Certains apprécieront, d’autres n’aimeront ce manque de suspense …

Les énigmes sont assez nombreuses, et Happy Hour veut se distinguer en mettant en avant la logique, l’observation et la manipulation d’objet plutôt que les énigmes et les dizaines de clés et cadenas à code à ouvrir.

Tiens un train ... mais comment il marche ?
Tiens un train … mais comment il marche ?

Les salles vont s’enchainer, la difficulté aussi, et les indices se déverrouillent automatiquement sur l’écran si on passe trop de temps bloqué, mais un game master peut également intervenir si on bloque vraiment !

La difficulté viendrait peut être plus de la succession des énigmes que de leur difficulté, mais les énigmes ont un gros côté « ludique » qui reste très agréable.

Alors verdict ?

On est sorti en 59 minutes (bon OK on nous a quand même un peu aidé sur le final ..!) avec mention spéciale pour le code final de sortie, très ingénieux !
On s’est quand même bien amusé, ce qui nous aura manqué ? C’était propre, très propre, les murs sont nickels, les objets et cadenas tout bien placés, ce qui nous fait quand même pas vraiment plonger dans l’univers. L’immersion et les décors ne sont pas vraiment au rendez-vous, la sensation de faux décor ne nous fait pas rentrer totalement dans le jeu, et c’est un peu dommage, car les énigmes sont quand même bien pensées, demandent un réel travail d’équipe, et l’utilisation d’objet rarement vu.

Le virus du professeur Zoltan est donc un live escape game bien rodé, avec une difficulté croissante qui ravira tout type de joueur. Enigmes originales, on regrettera cependant le manque d’immersion.

On a aimé :

  • L’originalité des énigmes
  • la difficultés bien dosée
  • L’écran qui permet de suivre l’évolution du jeu et les indices envoyés automatiquement si on bloque

On a moins a moins aimé :

  • Les décors qui ne mettent pas vraiment dans l’ambiance

Voir la présentation de Happy Hour Escape Game

Tests

X-Dimension – Le manoir aux secrets

26 février 2015 — by Stup0

xdiemnsion.jpg

Le manoir au secret nous donnait bien envie, même si le thème semble classique, on avait pas encore fait de Live escape game où la peur dominerait notre réflexion ...

X-Dimension est situé proche de la place Voltaire, avec des thèmes tout aussi diversifié que les pirates ou une évasion de la prison d’Alcatraz mais c’est dans le manoir des secrets qu’aura lieu notre aventure aujourd’hui.

L’accueil chez X-Dimension est très sympathique, un canapé, quelques casse têtes pour passer le temps en attendant que l’équipe soit au complet et nous voilà plongé dans cette mystérieuse aventure.

La game master nous rappelle les règles de base et nous plonge dans l’intrigue :

Dans la vieille malle en cuir de Grand-Père, recouverte de poussière et qui traîne dans un coin du grenier depuis des années, vous trouvez une lettre dans laquelle il parle d’un « vieux manoir »…
Avec vos amis, vous décidez de suivre les instructions de la lettre et de partir à la recherche de ce manoir abandonné depuis des années …
Après des semaines de recherche, vous le trouvez enfin! Mais lorsque vous entrez, la porte se ferme brusquement …
Qu’allez-vous découvrir à l’intérieur ? Parviendrez-vous à en sortir?

Bon beh OK … même pas peur, c’est parti !

Premiers pas dans la pièce

C’est avec une équipe de 6 personnes (X-Dimension est un des rares jeu d’enfermement qui accueille jusqu’à 6 personnes) que nous entrons dans le manoir. Alors première surprise … bon ok on ne risque pas vraiment de trembler, la pièce est très sommaire, et ressemble plus à un local vide qu’à un manoir, on dira que l’accent n’a pas vraiment été mis dans les décors ! Un miroir, deux trois objets, un canapé (un canapé ?), un tapis, et une librairie/papier peint feront office de décor dans notre aventure.

Pas de musique d’ambiance, pas vraiment de fouille, il faut dire que la première impression n’a pas été des meilleurs quand on compare au travail d’ambiance et de décor qu’on peut retrouver chez Prizoners ou The Game. Rien ne fait vraiment penser à un manoir, on aurait pu être dans un thème Mad Max ou Harry Potter on aurait pas vraiment fait la différence.

Et au niveau du jeu ?

Le jeu suit les mécaniques classiques des live escape game, à quelques différences, l’accent est vraiment mis sur la réflexion, alors il va vraiment falloir se creuser le cerveau puisqu’il y’aura très peu de fouille, d’autant plus que le jeu est assez linéaire, on va donc difficilement pouvoir répartir l’équipe dans différents coins de la salle. Le nombre de joueur de notre équipe (6) n’aide pas vraiment. Généralement les live escape game se pratiquent au nombre de 4, un peu moins on rajoutera de la difficulté, un peu plus on risque de se gêner, sauf si la salle et les casses têtes permettent à autant de joueurs de s’occuper. Ici, 6 joueurs il y’a vraiment une ou deux personnes qui vont vraiment s’ennuyer dans leur coin.

Les salles s’enchainent, et les décors restent identiques, ah si, dans la deuxième salle il y’avait une fenêtre condamnée qui donnait sur la rue ou une cours, on entendait des enfants jouer derrière, de quoi nous sortir totalement de l’ambiance Manoir.

X-dimension se distingue des autres Live escape game par la communication avec le game master. On est ni filmé, ni micro, mais on a avec nous un talky walky nous permettant d’interagir en cas de détresse. Si le principe peut être sympa et original, en pratique c’est plutôt catastrophique, en effet le game master aide simultanément plusieurs salles … et ne sait pas non plus où on est bloqué …

En Conclusion ?

Vous l’aurez compris, le manoir aux secrets est typiquement l’exemple du live escape qui déçoit. Alors un bon point quand même, certains mécanisme sont bien faits, appréciable, mais ça ne rattrape pas grand chose, les décors et l’ambiance sont totalement absents, et le déroulement du jeu s’enchaine mal, à base d’énigme capillotractées. Si vous n’avez jamais fait de Live escape game, préférez un autre. Ah oui on est même pas sorti, il nous a manqué quelques minutes pour la dernière énigme, il faut dire que la moitié de l’équipe s’était mis dans un coin pour jouer aux cartes …

On a aimé

– Certains mécanismes
– L’accueil

On a pas aimé

– Le manque total d’ambiance et de décor
– Les énigmes trop confuses
– Le talky walky et l’absence/confusion du game master

Tests

Prizoners – Université de la Sorbonne

26 février 2015 — by Stup0

prizoners21.jpg

Prizoners est réputé pour être un live escape game de qualité, tiendra t'il ses promesses ?

On est pas encore entré dans le bâtiment, qu’on sent déjà le professionnalisme chez Prizoners.
La vitrine est bien aménagé, intrigante, idéalement située dans le centre de Paris, notre équipe de 4 joueurs est bien décidée à en savoir plus !

Nous sommes donc reçu et directement plongé dans l’ambiance, Prizoners est décliné en trois salles, ayant une histoire commune : l’ordre pourpre, complot, histoire de Paris, Richelieu, … l’intrigue s’appuie sur des faits historiques tout en penchant vers Da Vinci Code.

Nous iront donc cette fois dans l’université de la Sorbonne.

Vous êtes convoqué par Ernest de Fronsac, le proviseur de la Sorbonne. A en croire les rumeurs, son bureau dissimule un effroyable secret.

Premiers pas

L’université de la Sorbonne (contrairement à la prison de la Bastille) comporte beaucoup de fouilles, nous voilà donc plongé dans une bibliothèque à sortir tous les livres et à chercher le moindre passage secret.

L’ambiance est là et les décors soignés, on est totalement pris dans le jeu.

Que de mystères dans cette salle ...
Que de mystères dans cette salle …

Le jeu s’enchaine, guidé par la voix du maitre du jeu, venant nous aider en cas de besoin, on découvre des casses têtes, des énigmes, des parchemins, où l’histoire de l’ordre pourpre vient se mêler à la résolution de notre aventure.

Grosse mention spéciale pour la découverte de la deuxième salle et sa nouvelle ambiance.

Alors petit bémol, si on doit chercher la petite bête, les accessoires et décors sont (font !) authentiques, mais parfois la beauté a pris le pas sur le pratique. Il nus est par exemple plusieurs fois arriver de bloquer sur une vieille mallette qui s’ouvrait mal, c’est dommage, et ça énerve quand on est dans le feu de l’action !

On reviendra ?

Réponse : oui, oui, oui ! L’université de la Sorbonne est un live escape game à la difficulté bien dosée, il y’en aura pour tous les types de joueurs. Notre équipe aura manqué de quelques minutes cependant … on ne peut pas gagner à tous les coups !

On a aimé :

– Les décors
– L’histoire
– L’ambiance
– La diversité des énigmes
– Les secrets !

On a pas aimé :

– Le matériel qui ne nous suit pas !

Tests

Prizoners – Prison de la Bastille

26 février 2015 — by Stup0

prizoners2.jpg

Après avoir bravé le secret de la Sorbonne, notre équipe était plus que prête à affronter la prison de la Bastille.

L’accueil chez Prizoners est toujours aussi professionnel, on sent qu’on a affaire à des passionnés.

Une fois l’histoire et les règles du jeu expliquées, le maître du jeu nous amène dans la salle. On descend un escalier, pour arriver dans la pénombre, prêt à affronter cette fameuse prison. Et c’est avec une petite équipe (3 joueurs) que nous allons essayer résoudre tout ces mystères.

Voûtes de pierre, torches et instruments de torture.
Des vérités se cachent dans les geôles de ce bâtiment légendaire…
Vous n’êtes pas du genre à vous laisser déstabiliser par les cris des supplicés, n’est-ce pas ?

Les premiers pas dans la salle seront très différents de l’université de la Sorbonne. La fouille est moins mise en avant, normal me direz vous, on trouve rarement des commodes et bibliothèques dans des prisons !

La première pièce est donc composée de coffre, de cadenas, de squelettes, de cadenas, d’instruments de tortures, de cadenas, beaucoup de cadenas ! Peut-être même trop de cadenas, quand on voit un cadenas attaché à un cadenas pour atteindre un autre cadenas, on se dit qu’on va devenir phobique des cadenas ! Les énigmes feront donc appel à votre logique, dans des décors bien loin des papiers peints médiévaux qu’on aurait pu voir dans d’autres escape room. Une fois la première pièce débloquée, la suite ne manque pas de surprises, un escalier, un filet (où on manquera de tomber une fois sur deux… !) et donc une nouvelle pièce.

On notera peut-être un bémol : une ouverture avec des barreaux donne sur un autre escalier, on essaye avec nos bras d’attraper un objet de l’autre coté des barreaux, mais on se rend rapidement compte qu’on est arrivé par cet escalier (on s’en rend d’autant plus compte quand on voit quelqu’un descendre les escaliers), cela peut un peu nuire à l’immersion, mais le jour de notre passage il y avait des travaux, donc peut-être qu’en temps normal l’escalier n’est pas utilisée lors d’une session de jeu.

Emprisonné à vie ?

Un moment d’égarement ? Un calcul mal fait ? On est nul ? Quoi qu’il en soit on a tout de même réussi à bloquer deux fois 15 bonnes minutes (oui ça fait la moitié de la partie !) sur des énigmes pas si compliquées que ça, ce qui nous a un peu frustré et nous a coûté très cher en temps !

prizoners
Laissez nous sortiiiiir !

On peut regretter la présence effacé du maître du jeu. Nous pouvions demander des indices en parlant, une voix répondra par oui ou pas non, et parfois le maître du jeu peut envoyer un indice, en glissant un mot sous la porte. Cela nous donne l’impression de devoir réclamer un indice et de ne pas être forcément accompagné, certains peuvent préférer, d’autres moins. Pour ma part pour profiter pleinement d’un escape game, il ne faut pas forcement terminer le jeu, mais il faut au moins arriver à visiter les décors proposés. Là, nous n’avons même pas pu voir la troisième pièce qui donnait très envie, on termine donc sur une pointe de déception et de frustration !

Qu’est ce qu’on en retient ?

Assez différent de l’université de la Sorbonne (pour lequel nous avions eu un véritable coup de coeur, il faut dire qu’on adore tout fouiller !), la prison de la Bastille ne manque tout de même pas de qualités. On retient avant toute chose des décors exceptionnels et une aire de jeu relativement grande.

On retiendra tout de même dans les défauts, des énigmes à la logique un peu tordue, beaucoup, beaucoup de cadenas, et un maître du jeu qui prend un malin plaisir à nous voir souffrir !